C'est une orientation définie par l'absence d'attirance sexuelle.

De même qu'être homosexuel signifie être attiré sexuellement par des personnes de même sexe et qu'être hétérosexuel signifie être attiré par des personnes du sexe opposé, les asexuels ne sont attirés sexuellement par personne.

Cependant, beaucoup d'idées fausses circulent lorsqu'on parle des asexuels . Voici quelques précisions sur l'asexualité :

Ce n'est pas être privé d'organes génitaux : être asexuel et être asexué, ce n'est pas la même chose.

Ce n'est pas de l'abstinence : certains asexuels se forcent même à coucher par amour pour leur partenaire, mais la plupart n’ont pas de relations sexuelles parce qu'ils n'en ressentent pas l'envie.

Ce n'est pas un renoncement : les asexuels ne font pas la démarche de renoncer au sexe, celui-ci ne les attire tout simplement pas.

Ce n'est pas une absence de sexualité : beaucoup d'asexuels ont une sexualité, celle-ci n'implique tout simplement pas de désir sexuel.

Ce n'est pas un choix : on ne choisit pas d'être asexuel, pas plus qu'on ne choisit d'être hétéro ou homo.

Ce n'est pas de l'anti-sexualité : les asexuels ne souhaitent pas un retour de l'ordre moral et ne souhaitent convertir personne à leur orientation.

Ce n'est pas un mode de vie : les asexuels ont le même genre de vie que les sexuels, hormis le besoin d'avoir des relations sexuelles.

Ce n'est pas une incapacité à éprouver des sentiments amoureux : les asexuels peuvent tomber amoureux, mais ils ne ressentent pas le besoin de coucher avec la personne dont ils sont amoureux.

Ce n'est pas une blessure : les asexuels n'ont pas un problème sous-jacent qu'il faudrait réparer.

Ce n'est pas une ascèse : les asexuels vivent comme tout le monde, ils ne rejettent pas les plaisirs de la société.