Comme les asexuels ont passé les siècles précédents à se fondre dans la masse (en se mariant et en s'obligeant à des relations sexuelles) ou à adopter des chemins où l'abstinence était de mise (en entrant dans les ordres), leur émergence récente suscite une certaine perplexité (histoire de faire dans l'euphémisme). Illustrations de ce qu'on nous inflige, la plupart du temps en croyant bien faire.

"Ils n'ont pas encore trouvé la bonne personne"
Probablement le numéro un au Top 50 des âneries que nous devons supporter. Donc un asexuel marié à l'homme/femme de sa vie, lequel serait sexuel, n'aurait pas trouvé la bonne personne... Mieux, deux asexuels amoureux se seraient trompés eux aussi. Si on veut être logique, il faut donc se dire qu'un homosexuel n'a pas non plus rencontré la bonne personne du sexe opposé. Tant de gens vivant dans l'erreur, ça laisse songeur...

"C’est impossible de ne pas ressentir du désir sexuel, ça va leur passer d'une façon ou d'une autre"
Raté, la majorité des asexuels ont été ainsi toute leur vie, y compris les asexuels d'un certain âge à qui ça n'est pas "passé".

"C'est juste une mode venue des Etats-Unis"
Encore raté, il y a des asexuels partout dans le monde, et le site principal d'Aven est en fait une vraie tour de Babel où on croise toutes sortes de nationalités et cultures. Les asexuels américains ont été les premiers à avoir fait parler d'eux car c'est d'abord aux USA qu'Internet s'est développé. Par ailleurs, c'est sur des Britanniques que portait la célèbre étude du Canadien Bogaert.