Qu’ai-je retenu de ces quelques heures passées au Planning familial ? Absolument rien, nada, zilch, ce furent des heures d’un ennui profond et extrême. Je ne comprenais pas pourquoi on appelait ça Planning familial (aujourd’hui encore, je suis obligée de regarder sur Wikipedia pour me le rappeler) et absolument rien de ce qui a été dit ne m’a intéressée. Cinq minutes après, j’avais déjà tout oublié. D’ailleurs cinq minutes après que la prof nous ait informés de cette visite, je l’avais déjà oubliée... et donc j’avais complètement oublié de prévenir mes parents, si bien que rentrant très en retard à cause de cette visite, je me suis faite copieusement engueuler. De cela je me souviens en revanche et ce sera mon seul souvenir de cette journée...

Je n’étais pourtant pas une lycéenne distraite, j’avais une excellente mémoire (que j’aurais aimé conserver...). Le seul cours auquel j’ai oublié d’aller cette même année, était une séance de révision de maths que le prof avait organisé en dehors des heures de cours. Je l’ai oubliée aussi vite que la visite au Planning familial (pourtant ça m'aurait été bien plus utile que la visite au Planning).

Il est évident qu’une telle visite était importante pour des adolescents aux débuts de leur vie sexuelle, menacés par les dangers des MST et des grossesses adolescentes. Mais le fait que nous ayions tous été obligés d’y aller montre une nouvelle fois la prévalence de la croyance que tout le monde est forcément intéressé par le sexe.